Une église conservée

samedi 1er mars 2014
popularité : 26%

Article paru dans la Barrette 51 de novembre 2013.

JPEG - 89.7 ko

Le Choeur, carte postale

L’enthousiasme que l’on ressent lors d’une première visite de Marie-Immaculée, où tout semble avoir été figé dans le temps depuis cent cinquante ans, doit être un petit peu tempéré par la réalité des faits que l’on constate après un examen minutieux de l’église.

Lors de notre première visite, nous avions constaté en effet, sans y faire vraiment attention, quelques traces apparaissant sous le badigeon recouvrant les murs les plus proches du chœur dans les deux transepts.

JPEG - 33.4 ko

Traces de peintures sous le badigeon

Comme nous le verrons sans doute dans un prochain numéro, on constate des différences entre le projet (vue extérieure) de l’église tel qu’on peut le voir sur des gravures ou même sur le tableau figurant dans le transept de la sainte Vierge et la réalisation effective du projet.

Il était possible de penser que des fresques avaient été prévues, mais comme le clocher de pierre, non réalisées et que ce qui ressortait n’était que des restes d’esquisses.

La carte postale nous indique bien qu’il y eux des fresques comme on le voit dans cet agrandissement du transept de saint Joseph :

JPEG - 118.5 ko

A quel moment a eu lieu cette couverture des fresques ? Il y a eu dans le passé des infiltrations dans le transept dont les traces sont encore visibles ; les fresques étaient-elles trop abîmées pour être restaurées ?

Pour le savoir, il faudra mener une enquête !

L’abbé Jacques Bonnechose, ancien responsable de la commission diocésaine d’art sacré nous a informé qu’un gros dossier sur l’ancienne chapelle des Oblats se trouvait au service de l’Inventaire. L’architecte de la congrégation des Sœurs de St-Charles a aussi confirmé que la grande majorité des éléments de la chapelle (boiseries, meubles et fresques qui subsistent) était répertoriée suite à leur inscription aux Monuments Historiques.

La carte postale nous permet aussi de constater que quelques éléments de la décoration ont été déposés : une couronne au dessus de la statue du Sacré-Cœur, ainsi que les statues de l’Enfant-Jésus de Prague (avec son baldaquin de bois ; mais il reste les nombreux ex-voto placés en dessous) et de Jeanne d’Arc qui se trouvaient sur les deux premiers piliers de la nef (lorsque nous avons déménagé la sacristie pour en faire l’inventaire nécessaire avant d’y apporter nos propres objets liturgiques, nous avons seulement retrouvé le supporte de Jeanne d’Arc, mais pas de statue.

En revanche, une statue de Ste Thérèse de Lisieux est venue heureusement remplacer un pot de fleur sur la crédence de l’autel de la sainte Vierge.

Pour le reste, il n’y a effectivement pas de changements, même les appliques de la nef sont d’origine, si ce n’est que la fée électricité y est venue passer ses fils.



Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 31 juillet 2017

Publication

204 Articles
2 Albums photo
Aucune brève
6 Sites Web
15 Auteurs

Visites

10 aujourd'hui
45 hier
181224 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés